SÉLECTIONNER LA LANGUE :

25 ans d'innovation chez Lionbridge

Lionbridge est aujourd'hui un prestataire de services linguistiques majeur, favorisant l'expansion de ses clients à l'international

En octobre, Lionbridge fête son vingt-cinquième anniversaire. Dans les mois à venir, nous aborderons en détail le futur du secteur de la localisation pour les 25 années à venir. Mais d'abord, regardons de plus près l'évolution de ce secteur et les contributions de Lionbridge au fil du temps.

En 1996, l'année de la création de Lionbridge, les employés allaient travailler au domicile de notre fondateur, Rory Cowan, qui habitait la petite ville de Concord, dans le Massachusetts. C'est dans le salon de sa maison de banlieue qu'ils menaient à bien leurs différentes tâches.

Lionbridge comptait alors moins de 10 collaborateurs, à l'instar des dizaines de milliers d'entreprises de traduction à l'époque. Il s'agissait de petites équipes qui travaillaient à la main, en envoyant des fax et des courriers postaux et sans aucun outil de productivité. Le secteur des services linguistiques était à l'époque très fragmenté. Contrairement aux autres agences de traduction, Lionbridge connaîtra par la suite une croissance exponentielle, et finira par figurer parmi les prestataires de services linguistiques les plus importants, expérimentés et dignes de confiance au monde.

À l'occasion du vingt-cinquième anniversaire de Lionbridge le 10 octobre, nous revenons sur notre évolution au cours des 25 dernières années et nous nous penchons sur ce que les 25 années à venir nous réservent. Lionbridge a favorisé l'expansion des entreprises à l'international, et cette tendance ne fera que s'accélérer à l'avenir.

Malgré des débuts modestes dans le salon de Rory Cowan, l'effectif de Lionbridge est passé d'un petit groupe d'experts linguistiques à 5 900 employés, répartis dans 42 bureaux situés dans 23 pays. Comment cette petite agence sans prétention est-elle devenue un prestataire de services linguistiques majeur, alors que d'autres n'ont pas su se développer ou ont tout simplement mis la clé sous la porte ? Une grande partie du succès de Lionbridge est liée à son ingéniosité, sa capacité à étendre son portefeuille et ses services ainsi qu'à sa botte secrète, ce que Rory Cowan appelle affectueusement les marginaux internationaux.

Quels sont les facteurs de développement de la communication mondiale ?

Les avancées technologiques, mais aussi le contexte économique et politique entre le milieu des années 1980 et le milieu des années 1990, ont considérablement facilité les interactions à l'échelle mondiale et renforcé la nécessité de communiquer dans différentes langues.

D'un point de vue technique, nous avons pu nous développer grâce à la démocratisation d'Internet, auparavant réservé au milieu universitaire, au lancement de Windows et au développement des ordinateurs basés sur Intel, ce qui a permis au grand public d'acquérir du matériel informatique à moindre coût. Les événements économiques et politiques saillants incluaient, entre autres, la chute de l'Union soviétique et du bloc de l'Est, l'externalisation vers l'Inde dans les années 1980 et la création de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 1995, ce qui a favorisé la mondialisation.

Ces moments marquants ont façonné le climat commercial pour les décennies à venir. Au fil de ces avancées technologiques et bouleversements culturels, Lionbridge était en mesure de relever les défis en matière de communication. Lionbridge, en proposant un service que l'on appelle aujourd'hui « localisation », a aidé ses clients à formuler leurs expériences dans toutes les langues et pour tous les pays afin de leur permettre de s'étendre à l'international.

À quelles difficultés Lionbridge a-t-elle été confrontée ?

Les débuts de Lionbridge sont comparables à un grand nombre d'autres prestataires de services linguistiques. Toutefois, sa capacité à tirer parti de l'évolution des technologies lui a permis de se démarquer et de croître.

« La plupart des entreprises de services sont accablées par l'évolution des technologies, car elles sont créées autour d'une technologie en particulier. Elles sont optimisées pour configurer, déployer ou maintenir une offre sur cette technologie précisément », explique Rory Cowan. « Chez Lionbridge, c'était tout le contraire. Sur ces 25 années, nous avons été en mesure de tirer parti de nombreuses technologies différentes. »

En effet, la technologie a été, et est toujours, un élément fondamental de la stratégie de Lionbridge. Lionbridge a cherché, de façon active, à exploiter les meilleures technologies afin de promouvoir l'automatisation. Nous avons également su écarter les menaces liées au développement de nouvelles technologies, grâce à l'acquisition d'un savoir-faire, pour que les clients puissent en profiter.

La mémoire de traduction

Mémoire de traduction est une base de données regroupant les traductions antérieures. Une entreprise peut utiliser celle-ci pour réduire la charge de travail liée aux nouveaux contenus. Les mémoires de traduction existaient déjà lors de la création de Lionbridge. Les grands prestataires de services linguistiques utilisaient cette technologie pour réduire les coûts et accélérer la livraison de leurs traductions. Toutefois, certaines entreprises se montraient sceptiques vis-à-vis des mémoires de traduction. Les entreprises dans les domaines spécialisés, notamment le secteur des sciences de la vie ou le secteur juridique, étaient les plus réticentes.

En effet, elles craignaient que le recours à des mémoires de traduction ne produise des contenus trop génériques et donc inintéressants. Lionbridge s'est fixé une mission : combattre l'idée reçue que les petites entreprises qui proposaient uniquement une traduction humaine étaient meilleures que les grands prestataires de services linguistiques.

Lionbridge a investi dans la technologie de mémoire de traduction en faisant rapidement l'acquisition de Logoport. Nous avons donc été parmi les premiers prestataires de services linguistiques à gérer, en bonne et due forme, des actifs linguistiques. Lionbridge a séparé et segmenté les mémoires de traduction par entreprise afin de répondre aux besoins de chacune d'entre elles. Autrement dit, la mémoire d'un client donné, dédiée au marketing, était distincte de celle utilisée pour ses produits, elle-même différente de la mémoire dédiée aux réglementations. Aujourd'hui, Lionbridge gère des bases de données comportant plus d'un millier de mémoires pour ses clients les plus importants, et intègre les listes les unes aux autres de différentes manières. Cette méthode permet de conserver la cohérence de la voix de l'entreprise pour ses différents publics cibles, comme les acheteurs, les utilisateurs des produits ou les investisseurs.

Les clients peuvent localiser leur contenu plus rapidement, à grande échelle et de façon plus économique, en tirant parti des mémoires de traduction plutôt que de se limiter à la traduction humaine. La gestion efficace des mémoires de traduction permet d'assurer la cohérence de la voix de l'entreprise pour toutes ses activités. Les mémoires de traduction ont été bénéfiques pour Lionbridge : grâce à notre capacité à gérer efficacement les actifs linguistiques, nous sommes devenus une référence du secteur.

Système de gestion de la traduction

Le système de gestion de la traduction TMS (Translation Management System) a été lancé au début des années 2000. Il permettait alors aux entreprises de gérer et d'automatiser les processus de traduction de leurs contenus et de garder la main sur l'intégralité de leurs opérations de localisation. Cette technologie a été développée avec l'intention manifeste de dominer les grands prestataires de services linguistiques.

Les entreprises pouvaient acquérir une licence du système TMS, créer leurs propres processus, affecter leurs propres traducteurs aux tâches et se passer de l'intermédiaire des grands prestataires de services linguistiques. Toutefois, cela n'a pas fonctionné comme prévu, et le service a posé d'importants problèmes aux entreprises.

Les systèmes étaient complexes et nécessitaient l'intervention d'experts en localisation pour les configurer, les exécuter et les affiner. Par ailleurs, les chefs de projets en interne devaient gérer une véritable armée de traducteurs indépendants, une tâche difficile et chronophage. Ainsi, de nombreuses entreprises ayant acquis une licence pour TMS ne disposaient pas du budget pour l'utiliser, et ont fini par délaisser cette technologie onéreuse.

En réponse, Lionbridge a décidé de proposer, dans le cadre de ses services, les composants clés d'un système de gestion de la traduction : des processus, des portails, des systèmes de gestion de la production et une gestion de communautés d'excellente qualité, ainsi que le suivi des projets et la génération de rapports.

« Nous informons nos clients qu'ils bénéficient de toute la valeur d'un système de gestion de la traduction, sans avoir besoin d'en acquérir une licence. Cela représente une économie plusieurs centaines de milliers d'euros par an », affirme Marcus Casal, Directeur des technologies chez Lionbridge. « Les clients sont gagnants, car ils valorisent une technologie de mondialisation de premier ordre, tout en évitant les coûts directs liés à l'acquisition d'une licence et les frais généraux ainsi que les frais de gestion en sus ».

La technologie de traduction automatique

Traduction automatique (TA) existe depuis les années 1950. Cependant, il aura fallu plusieurs dizaines d'années avant que le secteur l'utilise à grande échelle. L'approche basée sur des règles, plutôt simpliste, a laissé sa place au profit de modèles statistiques, plus efficaces. Ces derniers ont à leur tour été remplacés par des modèles neuronaux avancés, dont les traductions, bien qu'imparfaites, étaient de bien meilleure qualité.

« Les prévisions alarmistes étaient totalement exagérées », affirme Marcus Casal. « Vers 2013 et 2014, lorsque les premiers moteurs neuronaux faisaient leur apparition, beaucoup estimaient que le secteur des langues était mort, qu'il n'existerait cinq ans après. Pourtant, nous sommes bien là, plus forts que jamais ».

Les prestataires de services linguistiques comme Lionbridge se présentent désormais comme des entreprises de post-édition. Bien que les systèmes de TA puissent traiter 80 % de la charge d'un projet donné, il est tout de même nécessaire que les humains s'occupent des 20 % restants, afin que le contenu soit d'une qualité adéquate pour être publié.

Lionbridge était un fervent défenseur de la TA, et considérait cette technologie comme un outil très puissant qui devait être traité avec intelligence, respect et confiance. Là encore, la stratégie de Lionbridge était d'avancer avec audace, de se lancer dans la TA et de devenir un expert du domaine.

Nous avons appris à utiliser les machines et à faire appel aux humains à bon escient, quel moteur de TA utiliser, quand il est approprié et avantageux d'un point de vue économique d'entraîner la TA, et quel processus fonctionne le mieux. Regardez notre outil d'évaluation à l'œuvre sur notre page Web MT Translation Tracker.

Lionbridge a acquis un certain savoir-faire pour :

  • Identifier si les humains peuvent apporter une valeur ajoutée pour utiliser, configurer, entraîner et affiner les moteurs de TA
  • Comprendre les nuances culturelles
  • Respecter les bonnes pratiques de post-édition

Par ailleurs, Lionbridge a développé une technologie de traduction en temps réel pour la TA non surveillée, plus sûre que d'autres solutions comme Google Translate.

La TA permet aux clients de Lionbridge de localiser du contenu qui serait trop onéreux à faire traduire par un humain. Ils peuvent ainsi localiser davantage de contenu.

Intelligence artificielle

La prochaine avancée majeure, que Lionbridge étudie actuellement, est l'intelligence artificielle (IA). À l'instar des trois vagues précédentes, l'IA représente une menace à la survie des prestataires de services linguistiques s'ils ne parviennent pas à adopter cette technologie ou s'ils ne disposent pas d'assez de données pour atteindre un indice de confiance suffisamment élevé en leurs algorithmes d'apprentissage automatique.

À l'heure actuelle, Lionbridge tire parti de son travail dans le domaine de l'IA pour automatiser progressivement la création et l'optimisation de processus. Par exemple, plutôt que de faire appel à des humains pour déterminer quel traducteur contacter, il s'agit d'utiliser les données dont Lionbridge dispose déjà à propos des traducteurs, concernant notamment le respect des délais de livraison, la qualité du service et les résultats des contrôles de qualité linguistiques, afin de trouver le meilleur linguiste pour une tâche donnée.

Lionbridge a déjà commencé à utiliser l'IA appliquée pour choisir des traducteurs, et développe actuellement de nouvelles façons d'utiliser la technologie pour automatiser les processus de localisation, notamment en ce qui concerne l'exécution de la préparation des fichiers ou la comparaison entre un contenu et une mémoire de traduction.

En outre, Lionbridge utilise le big data pour comprendre la performance et l'efficacité des contenus dans le monde. Par exemple, Lionbridge sait qu'en Inde, un utilisateur qui parle tamoul ne réagit pas de la même manière qu'un utilisateur qui parle hindi. Cette information permet à Lionbridge d'être le partenaire mondial de ses clients pour les aider à aborder les conversations aux quatre coins du globe.

« Tous les contenus ont une raison d'être, que ce soit pour appuyer une campagne marketing, attirer des clics ou répondre à des exigences réglementaires. Notre nouveau défi est de savoir dans quelle mesure nous aidons nos clients à répondre à leurs besoins dans le monde. Notre prochain défi consiste à déterminer la façon dont nous utilisons l'apprentissage automatique pour atteindre ces objectifs et tirer parti des données dont nous disposons déjà, non seulement à des fins linguistiques, mais également pour optimiser les processus et les performances des contenus », affirme Marcus Casal.

Quels sont les autres défis que Lionbridge a su relever ?

En plus des défis liés aux technologies, Lionbridge, comme toutes les entreprises actives au début du 21e siècle, a fait face à l'éclatement de la bulle Internet en l'an 2000, à la crise financière mondiale de 2007-2008 et à la pandémie de COVID-19, qui, encore à ce jour, pose des problématiques d'ordre sociétal.

Face à ces obstacles, Lionbridge a cherché des moyens de renforcer davantage ses partenariats existants. Lionbridge a proposé des mesures novatrices et économiques pour aider les clients à surmonter les difficultés. Dans le cadre de la pandémie liée au coronavirus, Lionbridge a rapidement évolué vers un modèle à distance sans interrompre les opérations, à une époque où les confinements ont souligné la nécessité de la transformation numérique et du e-commerce mondial.

Ces 25 dernières années, Lionbridge a fait face à de nombreux obstacles. Nous avons su relever tous les défis et avons démontré notre stabilité et notre fiabilité.

En quoi la stratégie d'acquisition de Lionbridge a-t-elle renforcé l'entreprise ?

Lionbridge a fait l'acquisition de nombreuses entreprises au fil des années afin d'enrichir les services et les capacités techniques que nous proposons. Les acquisitions suivantes sont celles qui ont le plus marqué notre histoire :

  • Logoport en 2005, la première acquisition technologique majeure de Lionbridge. Logoport était un précurseur en matière de gestion efficace des mémoires de traduction. Cette technologie, rebaptisée Translation Workspace, est toujours un élément central de la stratégie de gestion des actifs linguistiques de Lionbridge.
  • Bowne Global Solutions, filiale de Bowne & Co, Inc en 2005 : Bowne Global Solution était une entreprise leader dans le domaine des services linguistiques. L'accord a étendu la portée géographique de Lionbridge, plus particulièrement en Europe, et nous a permis de renforcer considérablement nos effectifs.
  • Clay Tablet Technologies en 2014 : Clay Tablet était le premier fournisseur de connecteurs du secteur lors de l'acquisition. Celle-ci nous a permis de stimuler nos initiatives en matière de connecteurs.
  • Gengo en 2019 : cette transaction nous a permis d'améliorer notre plateforme de libre-service et permet aux clients de traduire rapidement de grandes quantités de contenus de niveau inférieur, grâce à un portail d'interface facile à prendre en main.
  • Exequo en 2017, Quasu en 2020 et Rocket Sound en 2021 : l'acquisition de ces trois entreprises liées aux jeux vidéo a marqué des étapes cruciales pour renforcer la position de Lionbridge en ce qui concerne l'expérience client pour les jeux vidéo.

Mark Kelly, directeur de compte basé à Dublin, a rejoint Lionbridge dans le cadre de l'acquisition de Bowne Global Solutions. Selon lui, l'accord conclu en 2005 constituait une façon pour Lionbridge de démontrer, à ses plus grands clients, l'ancrage de sa force.

« Certains de nos clients sont des entreprises valant plusieurs milliards de dollars. Ils doivent comprendre qu'ils collaborent avec des partenaires forts et stables », affirme-t-il. « Une entreprise majeure avec une présence internationale, qui collabore avec toutes ces grandes entreprises, est rassurante pour nos clients : ils savent qu'ils peuvent lui faire confiance ».

Nos collaborateurs : en quoi les « marginaux internationaux » sont-ils la clé de notre succès ?

Rory Cowan attribue une grande partie du succès de Lionbridge à la culture de l'entreprise et à ce qu'il appelle affectueusement les « marginaux internationaux ». Il s'agit d'employés qui accueillent favorablement les contradictions. Un Américain sinophone est un bon exemple de marginal international. Il en va de même pour un Allemand qui fait des études d'anthropologie. Selon Rory Cowan, toutefois, ce n'est pas tout :

« Ces marginaux internationaux sont des personnes atypiques. Leur discipline personnelle et leur quotient émotionnel leur permettent de faire face efficacement à la transition rapide de notre secteur », déclare Rory Cowan. « Ce sentiment de compétence est au cœur même de notre culture. »

En effet, les « Lions » sont doués de compétences quantitatives et qualitatives, de créativité, de discipline et de la capacité à raisonner aussi bien à l'échelle locale que mondiale. Ils exploitent leurs divers talents pour coexister dans deux univers de localisation contradictoires : l'un impliquant l'informatique et sa structure rigide, l'autre la langue avec toute sa complexité et ses différences culturelles. Leur sensibilité commune renforce leur esprit de collaboration, d'où qu'ils viennent.

Lorsque Kajetan Malinowski, originaire de Pologne, a rejoint Lionbridge il y a 14 ans, il a été frappé par le caractère international de son travail, dans la mesure où il échangeait régulièrement avec des collègues basés en Afrique du Sud et en Inde.

« C'est inscrit dans notre ADN. Nous attirons des talents aptes à travailler dans n'importe quel pays », rapporte Malinowski. « Cela peut sembler insignifiant, mais c'est essentiel. »

Quels sont les principaux accomplissements de Lionbridge ?

Jaime Punishill, Directeur du marketing chez Lionbridge, explique en partie le succès de l'entreprise par l'étendue des services qu'elle propose.

Lionbridge fournit plus de services dans davantage de secteurs et de marchés qu'aucune autre société aujourd'hui. L'étendue de notre expérience et de nos capacités figure parmi nos principaux facteurs de différenciation », déclare-t-il.

Jaime Punishill souligne l'expertise de Lionbridge dans les secteurs des sciences de la vie, des jeux, des services juridiques, de la vente au détail, de l'automobile et du tourisme et de l'hôtellerie, entre autres. Il met en lumière les services de contenus, de traduction et de tests, ainsi qu'un éventail d’offres d'e-learning, d'interprétation, d'optimisation de contenu, de localisation de vidéos, de marketing multiculturel et d'évaluation de l'expérience numérique mondiale.

Anja Schaefer, « Lion » de longue date, considère que le calibre des clients de Lionbridge est la preuve de sa notoriété et de la qualité irréprochable de ses services.

« Nous sommes très fiers de notre portefeuille de clients et de notre collaboration avec les plus grandes marques internationales », affirme Anja Schaefer. « Nous travaillons avec des grandes pointures, et ce sont les clients les plus difficiles et les plus exigeants que l'on puisse imaginer. Rares sont les entreprises qui seraient capables de mener à bien ces partenariats. »

Lionbridge a également été reconnue par des acteurs tiers, notamment :

Si les « Lions » sont ravis de voir leur entreprise figurer sur ces listes prestigieuses, ce n'est pour autant pas une surprise.

« Le fait d'être un excellent employeur en matière de diversité n'est pas quelque chose que nous avons mis en place au cours des deux dernières années. Nous avons toujours fait des efforts en ce sens. Il est essentiel que chacun se voie offrir les mêmes opportunités au sein de l'entreprise, quel que soit son genre ou son origine ethnique. Chez Lionbridge, tous les collaborateurs ont toujours bénéficié de belles opportunités », déclare Kelly.

Que nous réservent les 25 prochaines années ?

Le magazine Insights Success a retenu Lionbridge dans sa liste 2021 des 10 fournisseurs de solutions de e-commerce à la croissance la plus rapide et ce n'est pas par hasard. La capacité de Lionbridge à exploiter les dernières avancées technologiques favorisera l'expansion mondiale, rapide et rentable de ses clients.

Au cours des 25 prochaines années, Lionbridge continuera de tirer le meilleur parti de la traduction automatique pour permettre aux entreprises de localiser tous leurs contenus en conservant le même budget, voire en le réduisant. Grâce à l'omnilocalisation, les entreprises renforceront leur capacité à se développer à l'international et consolideront les interactions avec leurs clients.

Comment les entreprises peuvent-elles avoir recours à l'omnicalisation tout en respectant un budget limité ? Pour ce faire, il va falloir changer les mentalités. Les équipes de localisation et marketing ne doivent plus penser en termes de qualité de localisation irréprochable. Elles doivent admettre que la plupart de leurs contenus nécessite simplement une localisation de qualité « suffisante ». La traduction automatique, avec son faible coût, sa vitesse de traitement rapide et sa qualité imparfaite, offrira une localisation satisfaisante pour les contenus adaptés, leur permettant ainsi de localiser tout leur contenu.

Lorsque les entreprises s'ouvriront à l'utilisation de la TA pour des applications telles que le contenu généré par les utilisateurs ou la traduction de volumes importants, elles seront en mesure de répondre à la nécessité de localiser un volume toujours plus important de contenu et de le diffuser rapidement sur les marchés mondiaux.

Lionbridge propose différents niveaux de service pour accompagner les entreprises vers l'omnilocalisation. Ces services incluent entre autres :

  • Traduction entièrement automatisée
  • Localisation partiellement gérée par des machines et partiellement exécutée par des humains
  • Localisation entièrement exécutée par des humains

Lionbridge aide ses clients à appliquer le niveau de services approprié aux différents types de contenu et à déterminer les meilleurs moteurs de traduction automatique afin de générer le retour sur investissement du contenu le plus élevé possible.

Comme l'explique Jamie Dickson, Directeur d'entreprise de Lionbridge chez GLT : « En notre qualité de conseillers de confiance, nous établissons des relations solides avec les grandes marques internationales. Nous ne vendons pas des services, nous résolvons des problèmes. »

La localisation sera bientôt au cœur de la stratégie commerciale de toute entreprise prospère concernée par la mondialisation. Lionbridge sera là pour vous guider.

Nous contacter

Vous voulez vous joindre à nous pour traduire et localiser tout le contenu des 25 prochaines années ? Tirez parti d'un quart de siècle d'expérience en matière de localisation, de notre main-d'œuvre mondiale et de notre technologie de pointe en nous contactant dès maintenant.


Moments marquants de Lionbridge au fil des ans

  • 1996 : Lionbridge est fondée par Rory Cowan
  • 2005 : Lionbridge acquiert Bowne Global Solutions, le premier fournisseur de services de localisation au monde à l'époque
  • 2015 : Lionbridge est classée dans la liste des 100 entreprises les plus fiables d'Amérique de GMI Ratings.
  • 2017 : H.I.G. Capital acquiert Lionbridge et n'est plus cotée au Nasdaq
  • 2017 : John Fennelly est nommé Président directeur général
  • 2018, 2019 et 2021 : Forbes classe Lionbridge dans sa liste des meilleurs gros employeurs américains
  • 2020 et 2021 : Forbes fait figurer Lionbridge dans sa liste des meilleures entreprises américaines en matière de diversité
  • 2021 : Lionbridge figure dans la liste des « 10 fournisseurs de solutions de e-commerce à la croissance la plus rapide » du magazine Insights Success

Lionbridge : hier et aujourd'hui

Catégories 1996 2021*
Nombre d'employés <10 5 900
Nombre de bureaux 1 42
Nombre de pays dans lesquels l'entreprise est présente 1 23
Nombre de traducteurs/d'experts internationaux environ 2 500 environ 30 000
Nombre de langues prises en charge <30 Plus de 350
Méthode de livraison de la langue source Manuelle Automatique
Nombre de mots traduits par an 1 million 2 milliards
linkedin sharing button
  • #technology
  • #blog_posts

Janette Mandell
AUTHOR
Janette Mandell