Nos collaborateurs sont notre richesse. Ils aident de nombreuses sociétés à satisfaire leurs clients depuis plus de 20 ans. 

À propos de nous
Direction
Actualités
Informations fondamentales

Nos experts sont au fait de l'évolution de votre secteur d'activité et des défis que vous devez relever.

Sciences de la vie
Banque et Finance
Commerce de détail
Gaming
Automobile
Biens de grande consommation
Technologie
Fabrication industrielle
Services juridiques
Tourisme et hébergement

SÉLECTIONNER LA LANGUE :

Choisir une URL multilingue

5 astuces pour votre site Web international

Lors des débuts de la planification de la traduction d'un site Web, vous réfléchissez probablement à vos marchés cibles, aux langues choisies pour la traduction et à l'éventail de types de contenu à traduire. Qu'en est-il cependant de votre structure URL ? En tant que composant fondamental de la traduction d'un site Web et du référencement naturel (SEO) global, votre stratégie de structure URL multilingue doit être déterminée rapidement.

 

Après tout, les utilisateurs et les moteurs de recherche font tous des suppositions sur votre site Web et votre marque d'après la structure et le format de vos URL. La méthode que vous adoptez sera très probablement reproduite sur tous les marchés, ce qui vous oblige à tenir compte des langues dans lesquelles vous prévoyez de traduire à court terme, ainsi que des langues que vous comptez prendre en charge dans deux ou trois ans.

Dans un souci de concision, cet article se concentre sur Google, le moteur de recherche privilégié par 80 % des internautes du monde. Pour les pays où Google n'est pas le moteur de recherche principal, comme la Chine (Baidu), le Japon (Yahoo), la Corée (Naver) ou la Russie (Yandex), veillez à ce que votre partenaire de globalisation possède l'expertise nécessaire pour adapter votre approche à ces moteurs de recherche internationaux afin d'obtenir des résultats optimaux sur tous vos marchés cibles.

Structure URL de sites Web multilingues


Il existe trois méthodes courantes en matière de création de structures URL/domaines multilingues :

Domaine de premier niveau national (ccTLD) Sous-domaine Sous-répertoire
www.monsiteweb.es es.monsiteweb.com www.monsiteweb.com/es/

 

 

Une quatrième méthode consiste à utiliser des chaînes de requête pour déterminer la langue et le pays.

Par exemple, cet article du Centre d'aide Google inclut le paramètre ?hl=en pour indiquer la version anglaise, tandis que ?hl=de redirigera vers la version allemande de l'article.

https://support.google.com/webmasters/answer/40349?hl=en
https://support.google.com/webmasters/answer/40349?hl=de

Examinons les avantages et les inconvénients des méthodes fondées sur les ccTLD/gTLD, les sous-domaines et les sous-répertoires :


  1. Impact local de la marque

  2. Avantages du référencement naturel (SEO)

  3. Mise en place et maintenance

  4. Coût

  5. Réseaux d'hébergement et de diffusion de contenu


Commençons par un bref aperçu de chaque méthode.

Noms de domaine de premier niveau national (ccTLD)


Amazon.es

 

 

Considérés par la majorité comme la meilleure option pour les sites Web localisés, les noms de domaine de premier niveau national (ccTLD) sont liés à un pays spécifique (par exemple, .de pour l'Allemagne ou .cn pour la Chine).

Selon Google, un ccTLD est le signe le plus efficace pour indiquer aux visiteurs d'un site et aux moteurs de recherche qu'un site Web cible un pays spécifique, en plus d'offrir certains avantages en matière de référencement naturel pour ce marché. Et les études démontrent que, dans de nombreux pays, les utilisateurs sont plus susceptibles d'effectuer un achat sur un site Web utilisant le système ccTLD.

La méthode présente toutefois un inconvénient : même s'ils sont disponibles, les ccTLD doivent être achetés et conservés sur chaque marché. Le système ccTLD est la meilleure option lorsqu'une grande entreprise a les moyens d'investir. Par exemple, Amazon va jusqu'à intégrer le code pays dans son logo pour chaque marché.

Noms de domaine de premier niveau générique (gTLD)


Un nom de domaine de premier niveau générique (gTLD) n'est pas lié à un pays spécifique, mais plutôt à une classe de domaine particulière, y compris des TLD originaux (et très recherchés) comme .com pour les entreprises commerciales, .org pour les organisations à but non lucratif et .edu pour les organismes d'enseignement.

 

Généralement composés de trois caractères ou plus, des centaines de nouveaux gTLD (comme .shop, .biz et .info) ont été ajoutés ces dernières années.

Sous-domaines


fr.hotels.com

 

 

Un sous-domaine est un ajout à votre nom de domaine principal qui permet d'organiser les différentes sections de votre site Web et de naviguer vers celles-ci. Par exemple, si votre domaine de premier niveau est product.com, votre site en allemand se trouvera au niveau du sous-domaine de.produit.com.

Vous pouvez créer plusieurs sous-domaines ou domaines enfants sur votre domaine principal, et leur structure URL simple et attrayante offre une solution rapide et facile pour cibler un pays ou une langue en particulier.

Sous-répertoires


 

 

Technique la plus couramment utilisée pour créer des sites Web multilingues, un sous-répertoire (ou sous-dossier) est une partie de l'URL qui redirige vers un sous-ensemble spécifique de contenu. Dans un site multilingue, chaque langue est un sous-répertoire de votre site. Les répertoires individuels sont situés à droite du domaine. Par exemple, www.siteexemple.com/de-de cible les germanophones en Allemagne, tandis que www.siteexemple.com/fr cible tous les francophones.

Avantages et inconvénients des méthodes d'URL multilingue


Examinons maintenant ce qu'implique chaque méthode d'URL par rapport à nos critères : pertinence locale de la marque, référencement naturel, mise en place/maintenance et coût.

Impact sur la pertinence locale de la marque


ccTLD :

  • Impact élevé ; renforce la confiance


Sous-domaine :

  • Impact modéré ; inspire une certaine confance


Sous-répertoire :

  • Impact faible ou inspire peu confiance, à moins que la marque ne soit bien connue sur le marché

 

Influence sur le référencement naturel


ccTLD :

  • Indique aux utilisateurs et aux moteurs de recherche que le site Web cible un pays spécifique

  • Facilite le suivi par la plupart des outils d'analytique Web

  • Chaque site Web peut être hébergé dans le pays ciblé pour améliorer davantage le référencement naturel multilingue

  • Aucun avantage tiré des autres sites linguistiques, puisque chacun est autonome


Sous-domaine :

  • Indique aux utilisateurs et aux moteurs de recherche que le site Web cible un pays spécifique ; les moteurs de recherche nécessitent le géociblage de la Search Console

  • Facilite le suivi par la plupart des outils d'analytique Web

  • Chaque site Web peut être hébergé dans le pays ciblé pour améliorer davantage le référencement naturel

  • Avantages limités transmis à chaque site Web en fonction de la popularité du domaine racine


Sous-répertoire :

  • Offre peu d'indications aux utilisateurs en matière de ciblage ; les moteurs de recherche nécessitent le géociblage de la Search Console

  • Suivi difficile par la plupart des outils d'analytique Web

  • Tous les sites sont hébergés sur le même serveur, ce qui limite l'amélioration du référencement naturel

  • La popularité du domaine profite à tous les sites linguistiques

 

Effets sur la mise en place et la maintenance


ccTLD :

  • Déploiement difficile

  • Exige que tous les domaines soient disponibles

  • Peut nécessiter une procédure d'enregistrement différente dans chaque pays ainsi qu'une mise en place et une maintenance individuelles de chaque site


Sous-domaine :

  • Géociblage de la Search Console relativement simple à déployer


Sous-répertoire :

  • Méthode la plus simple à déployer

  • Frais de mise en place ou de maintenance supplémentaires limités

  • Nécessite de maintenir un répertoire séparé pour chaque langue

 

Implications en matière de coûts


ccTLD :

  • Onéreux

  • Chaque domaine peut nécessiter des coûts d'enregistrement, de mise en place et de maintenance distincts

  • Peut impliquer une présence physique ou d'autres exigences


Sous-domaine :

  • Coûts modérés

  • Nécessite l'achat d'un domaine de premier niveau, sauf en cas d'utilisation d'un TLD existant

  • Les coûts augmentent si chaque sous-domaine est hébergé dans un marché distinct


Sous-répertoire :

  • Peu onéreux

  • Nécessite l'achat d'un domaine de premier niveau

 

Réseaux d'hébergement et de diffusion de contenu (CDN)


L'hébergement de votre site Web et l'utilisation de réseaux de diffusion de contenu (CDN) sont d'autres éléments clés à prendre en compte. La popularité des CDN a considérablement augmenté au cours des dernières années, car les utilisateurs exigent un accès plus rapide au contenu en ligne, dans les régions où les infrastructures sont moins développées et l'accès à Internet plus lent.

 

Bien que personne ne connaisse les tenants et aboutissants exacts du classement des sites Web par les moteurs de recherche, nous savons que Google peut pénaliser ceux dont la vitesse de diffusion est plus lente. En outre, les preuves ne manquent pas pour démontrer qu'une meilleure expérience utilisateur se traduit par des taux de rebond plus faibles ainsi qu'un plus grand nombre de pages vues et de conversions. À mesure que Google se concentre sur l'expérience utilisateur, l'importance de l'hébergement dans les pays ciblés et des CDN va également augmenter.

Comment procèdent les meilleurs sites Web ?


John Yunker de ByteLevel Research, analyste du secteur, produit un rapport annuel qui répertorie les meilleurs sites Web à l'échelle mondiale. Nous avons examiné les 10 meilleurs sites Web de son rapport 2020 Web Globalization Report Card pour déterminer quelles structures URL multilingues sont utilisées :

Wikipédia Sous-domaine
Google* ccTLD
Microsoft Sous-répertoires
Nestlé Sous-répertoires
Philips ccTLD
Cisco Sous-répertoires
Adobe Sous-répertoires
Airbnb ccTLD
Nivea Sous-répertoires
Uber Sous-répertoires
* La recherche Google utilise des ccTLD (par exemple, Google.co.uk), tandis que le Centre d'aide Google utilise des paramètres de requête.

 

 

Que nous montre ce tableau ? Vous pouvez constater que ces organisations utilisent différentes bonnes pratiques en matière de structure URL et que la méthode ccTLD est la plus courante. Cela est logique, car il s'agit de grandes organisations qui sont en mesure d'investir dans une option gourmande en ressources. Cependant, la méthode par sous-répertoire est probablement la plus courante sur le Web. Cela s'explique probablement par le fait que de nombreuses entreprises disposent de budgets moins importants et plus serrés.Le choix d'une structure URL pour les sites Web internationaux ne doit pas nécessairement être un casse-tête. Utilisez ces informations et ce comparatif pour déterminer la structure URL de site Web multilingue la plus appropriée pour votre stratégie de marque et votre budget.Contactez-nousVous cherchez des solutions efficaces et personnalisées pour votre site Web multilingue ? Contactez les experts de Lionbridge.

  • #blog_posts
  • #global_marketing

#localisation #multilingue #site web #traduction #URL


Lionbridge
AUTHOR
Lionbridge