Nos collaborateurs sont notre richesse. Ils aident de nombreuses sociétés à satisfaire leurs clients depuis plus de 20 ans. 

À propos de nous
Direction
Actualités
Ressources et Points De Vue | Blog
Informations fondamentales

Nos experts sont au fait de l'évolution de votre secteur d'activité et des défis que vous devez relever.

Sciences de la Vie/Médical
Banque et Finance
Commerce en Ligne
E-Commerce
Jeux Video
Automobile
Biens de Consommation
Technologie
Industriel
Juridique
Tourisme

Exploitez la plateforme Lionbridge Lainguage Cloud pour prendre en charge votre localisation de bout en bout et le cycle de vie du contenu

Lainguage Cloud™ Plateforme
Connectivité
Communauté de traduction
Technologie de flux de travail
Smairt Content™
Smairt MT™
Smairt Data™

SÉLECTIONNER LA LANGUE :

10 choses à faire et à ne pas faire pour la localisation de logiciels

Nos conseils d'experts contribuent au succès de la localisation de logiciels

« Envisagez toujours vos processus de conception à l'échelle mondiale, même si vous n'êtes pas encore au stade de traduction de vos contenus.
Il est beaucoup plus facile de les élaborer correctement dès le départ que de les adapter rétroactivement. » 

- Kit Brown-Hoekstra, Comgenesis LLC, dans le Guide de référence pour la traduction de sites Web, Lionbridge Technologies

Lorsqu'il s'agit d'adapter un contenu pour un public mondial, la localisation et la traduction sont souvent considérées comme une seule et même action, plutôt que comme des processus complémentaires. Même si ces deux fonctions présentent certains aspects en commun, le processus de localisation de logiciels est bien plus complexe. Une bonne compréhension de ses subtilités peut vous aider à réussir votre expansion sur de nouveaux marchés.

Qu'est-ce que la localisation de logiciels ?

Il s'agit du processus d'adaptation des logiciels aux exigences linguistiques, culturelles et juridiques d'une région spécifique. Ainsi, la localisation consiste non seulement à traduire des éléments textuels mais également à adapter les graphiques, la mise en page, la mise en forme, etc., sans parler de la prise en compte des exigences légales locales, de la conformité des données, des préférences de dispositifs et des tendances technologiques.

Avec toutes les considérations nuancées auxquelles il faut penser, il est facile d'oublier certains éléments qui semblent secondaires mais qui jouent un rôle crucial dans la livraison d'un produit irréprochable au public le plus large possible. Alors, par où commencer ?

Vous trouverez ci-dessous 10 bonnes pratiques et pièges en matière de localisation de logiciels.

1. Abordez la localisation comme une stratégie

Premièrement, il est important de déterminer en quoi la localisation de logiciels vous aidera à atteindre vos objectifs de façon holistique. Abordez la localisation de logiciels comme une stratégie, et non comme une tâche, à chaque étape du processus.

  • Mise en route – planification & préparation

  • Découverte – objectifs & exigences

  • Audit de contenu, analyse & transfert

  • Proposition

  • Lancement du projet

  • Traduction & localisation

  • Révision & contrôle qualité

  • Livraison des fichiers, mise en service & suivi

Évitez des localisations insatisfaisantes en apportant un soin particulier aux phases d'analyse des besoins et de conception, et assurez-vous que toutes les parties prenantes sont d'accord sur les marchés cibles, ainsi que les langues et enjeux qui s'y rapportent. Si votre objectif est de vous préparer à affronter la mondialisation, vous n'aurez jamais à vous réorganiser pour saisir une opportunité de marché.

2. N'oubliez pas de tenir compte de la localisation dès la phase de conception

Une conception inscrite dans une optique de localisation évite les retards et les surcoûts ultérieurs. Elle comporte du code source et des structures qui contribuent à se prémunir contre :

  • la reproduction d'erreurs de la source dans les fichiers cibles

  • les erreurs de traduction

  • les erreurs courantes dans la localisation de logiciels, notamment les erreurs fonctionnelles, d'affichage, d'abréviation et de registre inadapté.

Conseil : utilisez des modèles afin de véhiculer une présence cohérente de la marque. Vous voulez vous assurer que votre conception est prête pour la phase de localisation ? Testez, encore et encore. La pseudo-localisation (une variante de test d'assurance qualité) est une méthode efficace qui réduit les risques. Elle révèle les erreurs de traduction possibles, par exemple un problème d'affichage de l'interface utilisateur provoqué par des caractères spéciaux ou la longueur inappropriée d'une chaîne de caractères.

3. Constituez une bibliothèque d'objets internationalisés

N'oubliez pas : l'internationalisation permet la localisation. La création d'une bibliothèque d'objets internationalisés vous évitera du travail supplémentaire dans la mesure où vous saurez comment localiser une application logicielle dans plusieurs langues. Cela comprend :

  • les éléments de conception de l'interface utilisateur

  • les fonctionnalités de tri et de recherche

  • la prise en charge des caractères codés sur plusieurs octets (pour les langues asiatiques)

  • la prise en charge des langues bidirectionnelles ou s'écrivant de droite à gauche (telles que l'arabe ou l'hébreu)

  • les formats des adresses, nombres, dates et devises

4. Ne rédigez pas un texte source trop long

Toutes les langues respectent des structures de phrases et des règles de pluralisation différentes, et n'utilisent pas la même quantité de mots pour exprimer une idée. Minimisez les problèmes de traduction avec un contenu source clair et concis :

  • Formulez des phrases brèves et concises

  • Utilisez l'ordre des mots standard du français, dans la mesure du possible

  • Séparez les chaînes de noms (plusieurs noms consécutifs)

  • Évitez d'utiliser des synonymes ; utilisez un même terme pour identifier un seul concept

  • Mettez l'humour de côté

  • Clarifiez les dates, les heures et les mesures

  • Incluez des pronoms relatifs comme « que » et « qui »

  • Privilégiez la voix active

  • Remplacez les verbes à particule par un mot unique

  • N'utilisez pas d'acronymes, ceux-ci nécessiteront une traduction supplémentaire et risquent de perdre toute connotation éventuelle

  • Supprimez les idiomes

Conseil : en plus d'éviter les synonymes, ne créez pas de verbes à partir des noms. Autrement dit, ne réutilisez pas un même texte dans un contexte différent. Plusieurs mots dans la langue anglaise peuvent représenter à la fois un nom et un verbe : par exemple, file (fichier/archiver), share (action/partager) et design (conception/concevoir). Décidez d'une utilisation unique pour chaque texte et utilisez-le de manière cohérente.

5. Anticipez la longueur supérieure du texte cible.

Anglais : BUY NOW
Français : ACHETER MAINTENANT
Allemand : JETZT KAUFEN
Italien : ACQUISTA ORA
Espagnol : COMPRAR AHORA

Selon les estimations, la langue anglaise utilise plus d'un million de mots, alors que la majorité des autres langues en comportent moins de 500 000. Ainsi, les chaînes de texte seront probablement plus longues ou plus courtes une fois traduites dans d'autres langues. Par exemple, la salutation anglaise « Have a nice day! » (Bonne journée) est traduite en allemand par « Ich wünsche Ihnen einen schönen Tag! », soit une augmentation de 125 % de la longueur de la phrase. Traduire de l'anglais vers les langues asiatiques provoque l'effet opposé.

Prévoyez au minimum un rallongement de 30/35 %, et prenez en compte l'utilisation d'espaces blancs. Encore une fois, gardez le texte source court, et utilisez les bonnes pratiques de localisation de logiciels en lien avec la mise en forme et le choix des mots.

6. Utilisez les icônes appropriées.

Évidemment, les bonnes pratiques de localisation de logiciels ne concernent pas uniquement la communication textuelle. Les éléments visuels possèdent, eux aussi, des connotations différentes selon la culture. Les icônes, sans texte, représentent un certain avantage étant donné qu'elles nécessitent moins de traduction et permettent de réduire les coûts. Néanmoins, gardez à l'esprit que les symboles ne sont pas tous universels ni neutres.

Par exemple, une boîte mail de style américain n'est pas comprise dans d'autres cultures. Faîtes des recherches selon les cultures visées : évitez par exemple des représentations de mains ou de pieds, d'animaux ou d'autres symboles qui peuvent avoir des significations inattendues ou malvenues.

7. Utilisez l'encodage UTF-8.

Les technologies modernes utilisent en majorité l'UTF-8 par défaut, le format de codage Unicode le plus populaire. L'UTF-8 est décrit par le Dr Ken Lunde, un spécialiste renommé du traitement de l'information, comme étant « le premier encodage de caractère intelligent mondial ». Unicode est pris en charge par toutes les principales entreprises de conception de logiciels et de matériel et est nécessaire dans certains langages informatiques tels que XML, Java et Javascript. L'utilisation de l'UTF-8 permet de produire des traductions simples et correctes dans toutes les langues, notamment les langues asiatiques CJKV (chinois, japonais, coréen et vietnamien).

8. Ne codez pas en dur le texte ni la ponctuation.

Le texte codé en dur, ou intégré dans un code source, doit être extrait aux fins de la traduction une fois que vous êtes prêt à le localiser. Votre prestataire de services linguistiques peut lancer une analyse syntaxique pour identifier le texte traduisible, mais il est préférable d'optimiser vos contenus lors de la phase de conception. Utilisez plutôt des fichiers de ressources séparés (par exemple pour les titres, les noms de produits et les messages d'erreurs) et les commentaires des ressources afin d'éliminer les erreurs de traduction.

Astuce : il peut être tentant de lier des chaînes de caractères séparées, au moyen de caractères de remplacement, avec un ordre des phrases ou des mots codé en dur, afin de réduire la taille d'une chaîne. Toutefois, cette manipulation cause souvent un contresens ou une mauvaise localisation des chaînes, car les règles de grammaire varient d'une langue à une autre. Pour résoudre ce problème, évitez cette manipulation à tout prix.

9. Consultez un expert en services de localisation

Avant de lancer votre projet, fournissez à votre partenaire de services de localisation de logiciels autant d'informations que possible pour assurer une relation de travail fructueuse.

  • Avez-vous des projets de croissance internationale dans un avenir proche ?

  • Qui sont vos principaux clients ?

  • Combien de langues sont nécessaires pour votre projet ?

  • Disposez-vous d'une équipe de localisation en interne ? Comment vont-ils interagir avec ce projet ?

  • Que recherchez-vous chez un prestataire de traduction ? Rapidité, qualité, coût, accès à des spécialistes ?

En plus des listes de contrôle de localisation fournies pour le développement sous Android, iOS, et Windows, votre prestataire de services linguistiques peut vous fournir des informations et des processus optimisés qui vous permettront d'économiser du temps, de l'argent et des révisions.

Conseil : n'oubliez pas de fournir à votre prestataire les listes de termes à ne pas traduire (DNT) pour éviter la sur- ou la sous-localisation. Dans tous les cas, la fonctionnalité du code peut être affectée si la traduction d'une chaîne ayant une fonction cruciale dans le programme est incorrecte.

10. Ne vous contentez pas de satisfaire les attentes, surpassez-les.

En fin de compte, chaque petit détail mérite qu'on lui prête une attention particulière. De la plus simple application mobile au plus complexe des systèmes multi-utilisateurs, la localisation est la clé pour stimuler les ventes et l'adoption d'un logiciel multilingue.

Évaluez l'impact de vos efforts en utilisant la règle des 80/20 de « glocalisation », ou en faisant appel au ratio 80/20 des comportements des clients mondiaux et locaux. En comprenant réellement les marchés locaux et en tenant compte des sensibilités culturelles dans vos conceptions et votre développement, vous ne vous contenterez pas de satisfaire les besoins de l'utilisateur : vous allez transformer leur expérience. En pensant le développement de logiciels dans une optique de localisation dès la phase de conception, vous mettez toutes les chances de votre côté pour saisir les opportunités qu'offre le marché mondial.

Pour en savoir plus sur les méthodes de localisation d'un logiciel, contactez l’équipe de commerciaux Lionbridge dès aujourd'hui.

linkedin sharing button
  • #blog_posts
  • #translation_localization

Sophia Eakins
AUTHOR
Sophia Eakins