SÉLECTIONNER LA LANGUE :

La Série Disruptive : les effets durables de la COVID-19 sur l’industrie pharmaceutique

En quoi les changements réglementaires, l’utilisation des technologies et la communication constituent-ils la nouvelle normalité ?

Voici le dernier volet de la Série Disruptive qui porte sur l’impact du coronavirus sur les organismes de recherche clinique (CRO), les entreprises pharmaceutiques et les participants aux essais. 

Accélération : changements réglementaires pour réduire le délai de mise sur le marché des médicaments 

Le rythme auquel les cas de COVID-19 ont augmenté a submergé les hôpitaux du monde entier. Dans un contexte de mise en pause des économies, la communauté scientifique a travaillé sans relâche pour expliquer et réduire la transmission du virus, fabriquer des équipements de protection individuelle, développer des traitements et élaborer un vaccin. 

Généralement, il faut des années pour mettre au point un vaccin. Le record actuel est de quatre ans. Seulement, attendre un vaccin aussi longtemps se traduirait par une mortalité mondiale encore plus importante. 

Dans un effort pour accélérer le processus, des agences telles que la FDA ont modifié radicalement leurs exigences, réduisant ainsi la durée d’évaluation des processus d’essais cliniques. L’Agence européenne des médicaments a demandé à la communauté des chercheurs de l’UE d’inclure davantage d’États membres dans les essais afin d’augmenter la quantité de données pouvant être collectées par les scientifiques. Et il semble que ces efforts soient en train de payer.

L’accélération de cette partie du processus a bien entendu nécessité le ralentissement d’autres aspects. 

Ralentissement : retard dans les règlements 

Les changements devant être apportés au RDM ont été continuellement reportés et la pandémie de coronavirus a repoussé encore plus loin les dates d’entrée en vigueur. Cette fois, le retard a été d’une année entière. 

Des documents d’orientation clinique supplémentaires ont été publiés en même temps que l’annonce du report. Étant donné que le RDM alourdit le processus des études cliniques pour les fabricants, ce retard est vital pour les entreprises qui doivent maintenir la dynamique à un moment où les essais cliniques subissent l’impact des restrictions de déplacement et de la crainte dans la population.  

Effacer la distance : les applications technologiques dans les essais cliniques 

La transition des essais cliniques sur site vers un modèle virtuel et à distance était déjà partiellement en cours dans l’univers de la recherche clinique. La pandémie a donné l’impulsion nécessaire pour étendre ces efforts, étant donné que même les participants autorisés à se rendre sur les sites étaient moins disposés à le faire

Dans un contexte où les patients s’habituent à la télémédecine, ils s’attendent à une plus grande flexibilité de la part de leurs soignants, y compris de ceux aidant les participants dans le cadre des essais cliniques. L’utilisation de la technologie peut fournir un meilleur accès à des instructions plus faciles à retenir que les brochures classiques et les conversations ponctuelles avec le personnel médical.  

Rester connecté : les communications 

Les mesures de distanciation sociale affectent certes la distance physique, mais il n’y a aucune raison qu’elles réduisent les contacts sociaux non physiques. Des conversations cohérentes et claires avec les patients et les participants aux essais cliniques augmentent l’adhésion à des régimes particuliers. 

Parfois, un simple appel téléphonique pour prendre des nouvelles peut suffire. Seulement, comme les gens se sont progressivement tournés vers les réseaux sociaux pendant la pandémie, l’utilité de la surveillance de ces derniers n’a fait qu’augmenter. La pharmacovigilance qui inclut ce type d’« écoute » peut donner un meilleur aperçu de la façon dont un traitement affecte un participant.  

La nécessité d’une bonne communication s’étend également au-delà de la période d’essai. 

Aller de l’avant : accessibilité et éducation 

Dans le monde d’après la pandémie, il est encore difficile de savoir si la télémédecine restera une solution privilégiée pour les patients, les médecins et les compagnies d’assurance. Peu importe que les rendez-vous individuels reprennent leur rythme habituel, il est crucial de rendre le matériel de traitement accessible aux personnes qui s’en servent réellement pour obtenir les meilleurs résultats.  

La lisibilité est essentielle lorsque l’on communique avec des profanes. Cela signifie qu’il faut changer de style d’écriture et s’assurer que les communications sont dans la langue maternelle du lecteur.  

Grâce à une meilleure communication et à une plus grande souplesse, les organismes de recherche clinique et les promoteurs d’essais peuvent aider les participants et les patients du monde entier à rester en sécurité, en bonne santé et impliqués tout au long de cette pandémie. 

L’équipe Life Sciences de Lionbridge peut vous assister en matière de réglementation, de technologie et de communication en vous proposant ses services spécialisés. Contactez-nous pour en savoir plus.

linkedin sharing button
  • #life_sciences
  • #blog_posts

April M. Crehan
AUTHOR
April M. Crehan